fbpx

Quelques conseils pour acheter son vélo d'occasion

Regardez l’aspect extérieur et global du vélo. Si vous êtes en présence d’un vélo sale requérant les talents d’un archéologue plutôt que ceux d’un mécanicien, passez votre chemin.

Si le vélo est propre comme s’il était neuf ou proche du neuf, pas de problème.

Profitez-en tout de même pour jeter un coup d’œil approfondi, on ne sait jamais …

 

Afin d’éviter des surprises, regardez si la peinture et le marquage sont marquées ou abimées. Si il y a des grosse cassure, éclat ou des traces d’usures qui pourraient être les résultat d’un choc ou d’un accident. 

A ce stade regardez les pas de visse d’origine du cadre (porte-bidon, butées de gaine et passages de câbles). Les colliers de selle et de dérailleurs de doivent avoir aucune fissure apparente. Un coup d’oeil sur chaque partie du cadre est nécessaire. 

La peinture peut s’user et se fissurer alors que le composite est en bon état. 

Il est probable que des frais supplémentaires soit à envisager pour une remise en état de neuf ou le rachat d’un cadre par exemple…

Ensuite enlevez les roues et remontez-les. C’est un bon moyen de voir si les pattes et les disques sont encore en bon état et surtout si les roues ne sont pas endommagées. 

La potence de direction, les pédaliers et moyeux doivent être sans jeux, c’est important. 

Si il y a des jeux de mouvement anormale entre certains composants, renseigner vous sur le nombre de kilomètres parcourus avec ces jeux de direction par exemple. sachez qu’un roulement endommagé peut endommager à son tour d’autres composants important de la transmission par exemple.  

Même si les vitesses peuvent passer correctement, ceci ne veut pas dire que les leviers et les dérailleurs ne présente pas d’usure. 

Les freins ne doivent pas être en bout de course mais doivent présenter encore une marge de réglage. 

Sachez que ces composants peuvent générer des frais assez élevés si ces derniers ne sont pas en état de fonctionnement normal. 

Une chaîne très usée peut être remplacée sans frais important mais un plateau de pédalier et ses pignons peuvent engendrer des frais de remplacement assez important. 

Même si le remplacement de gaines et de patins ou de plaquettes de freins resteront des frais raisonnable mais il représente bien le mode d’entretien et des soins apportés au vélo en question. 

Une occasion reste une occasion mais pour votre confort et votre sécurité, prenez le soin de remplacer des pneumatiques trop usés.  

Soyez attentif à l’état de la surface de freinage des jantes pour des roues à patins. 

Même si des roues peuvent normalement se dévoiler un peu avec quelques réglages de rayon, restez prudent sur l’état générale de la roue. 

En ce qui concerne les jantes en carbone, vérifiez si il n’y a pas de fissure ou de bruit parasite dans le roulage. Une roue en carbone n’a pas la même espérance de vie qu’une roue en aluminium. 

Pensez que si vous devez intervenir sur certains composants pour adapter votre morphologie au vélo, ceci engendrera des frais supplémentaires. 

Optez donc pour un vélo qui se rapproche le plus possible de votre morphologie. 

L’ideal est de toujours essayer le vélo dans différentes conditions de routes. Ainsi vous pourrez juger de l’état de la géométrie du vélo, des bruits parasites. 

Rester objectif même si le vélo essayé est de bien meilleur qualité que le votre. 

La preuve d’achat est nécessaire pour que vous soyez certain de ne pas acquérir un vélo volé ou un vélo qui ne doit pas être vendu. 

Mème si le vendeur vous fait subir une pression et que vous ne voulez que cette bonne affaire vous échappe, prenez le temps pour expertiser correctement les pièces administrative ce vélo. 

La valeur dépend donc du prix neuf, de l’age du vélo et de son état général.

Donc prenez le temps de vous informer que le vendeur peut sur évaluer le prix d’origine et les éventuelles modifications entrepris sur le vélo. 

Généralement la décote (mais c’est relatif à la demande) est de l’ordre de 20 à 30 % par an sur le prix d’origine conseillé en magasin. 

Les variables d’équipement sur un même modèle sont fréquents. Donc notez bien par exemple groupe montés sur le vélo et comparez ce qui est comparable. 

Surtout méfiez-vous des prix trop alléchant, cherchez l’erreur car il y a très rarement de vendeurs trop naifs ! 

Comment choisir le modèle et la taille de son vélo ?

Dans toute les pratiques connues du vélo, il est très important de choisir un vélo adapté à sa morphologie. Enchainer les heures passées sur le vélo pendant plusieurs jours consécutifs peuvent causer des gênes comme un mal aux épaules, au dos, aux genoux etc. Il est aussi fortement recommandé de consulter un spécialiste du “Fitting” il s’agit d’une étude posturale qui vous permet d’adapter le vélo à votre morphologie ceci dans les moindres détails.  

Une bonne position sur un cadre à votre taille, améliorera vos performances et votre bien être sur votre vélo. 

Chaque constructeur à sa manière de mesurer la taille de ses vélos puisqu’il n’existe pas de norme à proprement parlé.

Donc une taille “M” proposé chez un constructeur ne sera pas forcément le même chez un autre constructeur.

Les cadres de vélo présentaient un tube supérieur droit et la longueur du tube de selle permettait d’obtenir la taille du vélo. Cette information au fil du temps c’est avérée de moins en moins valable avec l’apparition des nouvelles géométries de cadres comme : le cadre “sloping” (tube supérieur incliné) cadre tout suspendu, cadre de ville etc.

La plupart des fabricants se sont tournés vers des tailles internationales telles que le S, M, L, XL … Tandis que d’autres continuent d’utiliser des tailles « classique » en mesurant la longueur du tube de selle.

Nous vous rappelons qu’il est important de faire attention sur la taille du vélo afin de trouver celui qui vous correspondra le mieux. Il est aussi fortement recommandé de consulter un spécialiste du “Fitting” il s’agit d’une étude posturale qui vous permet d’adapter le vélo choisi à votre morphologie ceci dans les moindres détails.  

 

  1. Munissez-vous d’un mètre et d’un support fin et rigide, un cahier par exemple.
  2. Pieds nus, mettez-vous dos contre un mur, les talons contre celui-ci et espacés de 5 cm.
  3. Placez le support rigide entre vos cuisses en prenant soin qu’il soit à l’horizontal et en contact avec votre périnée.
  4. Mesurez la distance entre le sol et le sommet de votre support rigide B. Ceci vous donnera la mesure de votre entrejambe.
  5. Reportez-vous au schéma ci-dessous afin de trouver la taille de votre vélo.
     

    Suivant les marques de vélo de route, toutes les tailles n’existent pas forcément, dans ce cas, prenez la taille qui s’en rapproche le plus. Si vous êtes entre 2 tailles, affinez le choix avec votre taille (valeur A du schéma).

Une fois cette mesure effectuée, une formule est à appliquer :

• Pour un vélo de route : Entre-Jambe X 0,65

• Pour un VTT : Entre-Jambe X 0,56